Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Assemblée paroissiale, septembre 2010

Rapport moral

Jacques Morel fait le point sur la situation de la paroisse et des pasteurs. Il y a un an ces derniers ont exprimé leur désir de quitter la paroisse et ils ont, au cours de l'année, posé leur candidature pour d'autres postes. Danièle a été nommée à Wingen-sur Moder le 1er octobre. Jacques a postulé pour le poste d'aumônier des étudiants à Strasbourg ; mais la situation est compliquée, des circonstances particulières ont retardé la procédure et le poste qu'il a demandé doit être redéfini. Il n'obtiendra donc pas de réponse avant quelques mois et reste dans la paroisse de Hagondange-Maizières encore durant quelques temps.

C'est une situation particulière et un peu inédite. Les postes pastoraux ne sont pas complètement vacants, mais la communauté et plus particulièrement les conseillers presbytéraux doivent commencer à "se débrouiller tous seuls", à gérer les affaires de manière responsable, à prendre en charge davantage de choses... Mais selon Jacques la communauté s'est déjà bien engagée dans ce sens, ce qui est très rassurant. La demande de vacation du poste a été présentée aux instances de l'Église, mais la présidente du Consistoire ne peut y donner suite sans qu'on lui ait transmis le cahier des charges de la paroisse. Les conseillers travaillent sur le document depuis cet été, sa rédaction sera terminée à la fin de l'automne. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour l'avenir car notre Église locale a montré par le passé qu'elle la capacité de survivre dans la tourmente ; elle a des ressources, des forces, des atouts sur le plan spirituel, matériel, financier, et aussi en terme d'activités. Il existe au sein de la communauté une véritable volonté pour continuer à vivre, même si l'énergie demandée aux paroissiens ne sera pas négligeable.

On peut noter malheureusement que les relations avec les paroisses du secteur se sont dégradées ; durant une quinzaine d'années les liens ont pourtant été étroits. Puis nous avons pris, au sujet du projet de l'union d'Églises, des positions "non-conformes" aux positions officielles, et certaines personnes ont cherché à nous marginaliser. Notamment, des projets de secteur ont été mis en œuvre sans nous. Mais on ne peut pas vivre dans une petite bulle, les uns sans les autres. La solidarité de secteur est nécessaire et il est vivement souhaitable de reconstruire les choses, de retisser les liens, de recommencer à travailler ensemble. Cette reconstruction passera nécessairement par la base.

Au sujet des activités de la communauté, on peut constater une évolution significative qui a des conséquences importantes quant à nos orientations : il y a quelques années, les réunions étaient multiples, trop nombreuses. Et c'est au moment où il a été décidé de calmer cette "réunionite aiguë" que les activités ont connu un nouveau souffle. Ceci démontre qu'un activisme forcené tend à étouffer la vie spirituelle et relationnelle. Lorsque l'on parvient à sortir de ce mode de fonctionnement où il faut faire à tout prix, les relations fraternelles deviennent bien plus chaleureuses, riches et fortes. La vie de la paroisse ne se résume plus aux activités. C'est essentiellement le désir et la capacité d'être ensemble et de partager simplement des moments communautaires, qui donnent du souffle et de la vie.
C'est comme cela que nous avons vécu un 15 août étonnement heureux où nous étions ensemble "pour rien", juste un moment de grâce.

Rapport d'activités

Le secrétaire du Conseil presbytéral Jean-David Maennlein présente un document Powerpoint pour faire un tour d'horizon des activités et rencontres habituelles de la paroisse.

Rapport financier

Le trésorier Frédéric Orth présente la situation financière de la paroisse à ce jour :

Recettes de notre Église locale
  • Les offrandes ordinaires nous donnent la preuve de la générosité des personnes qui assistent aux cultes et de la bonne fréquentation à ces cultes.
  • Les offrandes des casuels sont conséquentes en raison du nombre de mariages et de cultes d'enterrement célébrés depuis le début de cette année.
  • Merci aux paroissiennes et aux paroissiens qui soutiennent l'Église locale. Les dons sont en baisse par rapport à l'an dernier, mais il reste encore le troisième appel à don prévu avec l'exemplaire de novembre de Feuchou ; l'enjeu de ce don est des plus importants car cela nous permettra ou non de tenir nos engagements financiers.
  • Il en sera de même quant au résultat financier de la kermesse de l'avent du 28 novembre prochain.
  • Trois municipalités, Ay, Ennery et Trémery, nous ont accordé un soutien financier exceptionnel suite à la rigueur de l'hiver passé, rigueur qui a engendré une augmentation conséquente de nos dépenses liées à l'énergie ; nous renouvelons nos remerciements à ces trois collectivités.
  • Il nous faut enfin remercier la Communauté Évangélique italienne, qui partage nos locaux à Hagondange et qui participe activement aux frais de fonctionnement de ces locaux.
Dépenses engagées pour l'année 2010
  • Les frais relatifs à l'entretien des cinq bâtiments qui sont sous notre responsabilité, restent conséquents ; nous nous réjouissons cependant de la diminution des factures de gaz du presbytère de Hagondange suite au remplacement de la chaudière par la mairie de Hagondange.
  • Depuis le début de cette année, un gros effort a été fait au niveau des travaux à effectuer dans les bâtiments : mise en place de bandes antidérapantes, mise en peinture de l'entrée et de la salle de réunion, travaux de jardinage et de mise en déchetterie au temple de Maizières ; mise hors gel de conduites et lasure des encadrements de fenêtres au foyer d'Hagondange ; traitement d'un mur intérieur, protection d'une conduite et travaux de toiture pris en charge par la mairie au temple de Hagondange. D'autres travaux sont prévus (élagage d'arbres, mise en place d'une signalétique en ville ; rappelons également que ce temple aura cent ans en 2013 et qu'un projet de remise à niveau de ce bâtiment est à l'étude. Merci à tous ceux qui bénévolement, collaborent aux travaux et se démènent pour en réduire les frais.
  • Suite à une décision synodale, les frais de déplacements des pasteurs sont, depuis le 1er juillet, entièrement à la charge des paroisses.
  • Les frais que nous devons engager pour nos activités demeurent bas car de nombreux bénévoles y prennent une part active, et cela permet de diminuer les coûts et de réaliser des bénéfices plus importants.
  • Notons aussi que la règlementation du travail est scrupuleusement respectée pour notre organiste.
  • Un versement d'environ 1200 euros est à assurer chaque trimestre par rapport au prêt souscrit pour le foyer. Il ne faut vraiment pas regretter les travaux qui ont été réalisés pour ce foyer, car les lieux profitent très largement à la communauté pour les temps festifs.
  • Enfin, à ce jour, 25 % de notre cible synodale, 66 % de notre cible missionnaire et l'intégralité de notre aide au développement et de notre cible consistoriale ont déjà été versés. Rappelons que l'an passé nous n'avions pu verser qu'une petite partie des offrandes, et seulement en décembre parce que notre situation financière était très fragile.
Fort logiquement, ce sont la gestion parcimonieuse de nos dépenses ainsi que la générosité et la fidélité de nos paroissiens qui nous permettront d'équilibrer notre budget 2010.

Discussion et échanges avec la communauté

Dans l'après-midi Jean Wendenbaum anime une discussion portant sur la vie paroissiale dans sa globalité, afin que la communauté participe aussi d'une certaine manière à l'élaboration du cahier des charges.

Ce cahier des charges conservera ses cinq parties d'origine 
  • un préambule rappelant l'enracinement de notre foi.
  • un chapitre centré sur ce qui nous semble essentiel de prendre en compte : rappel de notre situation de disséminés, importance de la culture biblique à entretenir et à enrichir, affirmation que la vie communautaire de base est extrêmement importante de même que la communication à l'intérieur de la paroisse et aussi vers l'extérieur, nécessité du travail d'équipe et de partage des pouvoirs, rayonnement dans la ville.
  • un tour d'horizon de ce qui existe, sans oublier que la priorité est toujours donnée à la prédication de la Parole sous toutes ses formes. Les activités paroissiales sont comprises comme les moyens de mettre en œuvre nos priorités, elles ne sont pas des "buts en soi". Elles peuvent et même doivent évoluer.
  • Comment les pasteurs peuvent-ils trouver leur place dans ce projet ?
  • Des annexes qui renseignent notamment sur l'environnement extra paroissial.

Après cette présentation, les personnes présentes échangent librement au sujet de la vie paroissiale.

- Dans la sphère des personnes très impliquées, faut-il étendre davantage l'information et diffuser complètement les comptes-rendus du Conseil presbytéral ? Certains sont favorables à une information parfaitement transparente, d'autres insistent sur la confidentialité de certains débats. Notons qu'un effort est fait avec la diffusion d'un "écho du Conseil", affiché au fond des temples après chaque réunion de Conseil et donc accessible à tous, et qui indique les principales décisions prises par le CP. Cette question délicate revient dans nos débats de façon récurrente.

- Autre préoccupation très forte en rapport avec la situation de diaspora : comment toucher les paroissiens qui vivent plus loin (la paroisse recouvre vingt-trois communes), celles et ceux qui sont géographiquement éloignés de nos lieux de culte, et aussi celles et ceux dont la présence aux différentes rencontres est très épisodique, voire quasiment inexistante. Ces personnes-là font tout autant partie de la paroisse. Est-ce un simple problème de communication envers la communauté ? Les annonces au culte ne suffisent pas. Depuis ces dernières années nous sommes très attentifs à la communication, le site paroissial et la Gazette de M. Feuchou rentrent dans cette démarche ; mais cela demande aussi d'y passer du temps. Les autres moyens de relations, plus modestes (se contacter, se téléphoner, se donner des nouvelles les uns des autres...) restent tout aussi importants et vecteurs de vie communautaire. Certains soulignent aussi que les personnes pourraient également faire une partie du chemin, aller chercher les informations, rentrer en relation avec la paroisse, se tourner vers elle, se faire connaître. Peut-être aussi faut-il davantage développer les liens institutionnels.
Autre question posée : de quoi les gens ont-ils vraiment besoin ? De simples informations ? De liens et de relations qui engagent ?

Mais tout cela ne suffit encore pas, lorsque des personnes inconnues viennent dans les lieux communautaires, elles doivent se sentir accueillies, véritablement accueillies telles qu'elles sont. Il faut les regarder, leur parler, s'intéresser à elles, bref, rentrer en relation. Sur ce point la paroisse a beaucoup évolué, adresser la parole à une personne inconnue et qui franchit le seuil de l'Église est devenu une évidence, ce qui n'était pas le cas il y a quelques années. Ces questions ont été beaucoup évoquées lors de groupes de discussion et tout ceci a porté ses fruits. L'accueil c'est quelque chose de difficile et de subtil qui demande parfois de la finesse car les personnes ne doivent pas se sentir harcelées, happées, mises de force dans un moule, ou appelées à suivre le modèle du "parfait paroissien". Si elles ne sont pas en recherche de liens suivis ou ne souhaitent pas participer aux activités, il faut respecter cela. Parfois les relations se construisent très doucement.

La question des visites est évoquée : Il faut trouver le moyen de visiter les gens pour les inciter à venir aux cultes. Il est nécessaire de parler aux gens et de prier pour apprendre à s'approcher d'eux. Le rayonnement qui émane de nos interrelations devrait aussi les inciter à venir.
Mais cette question n'est pas si simple selon l'expérience pastorale. Parfois la visite du pasteur est reçue comme une visite "Maximo" qui dispenserait de tout puisque le pasteur livre tout à domicile, qui dispenserait la personne visitée de venir au culte. Deuxième point important à souligner, la visite est essentiellement l'affaire de tous, c'est une affaire de "nous", une question communautaire même si le pasteur a une fonction particulière. Et donc la visite à celui ou celle qui est malade, isolé, dans la peine (ou la joie) reste l'affaire de la communauté qui ne doit pas se reposer sur le pasteur. Il y a une responsabilité collective dans le témoignage (avec les gens rencontrés dans tous les espaces de nos vies, dans nos relations avec les instances...) et chacun, par sa vie, doit être témoin de l'Évangile.
Et finalement cette question des visites, simple en apparence, débouche sur un questionnement bien plus large : Comment la communauté s'implique-t-elle autour d'elle ? Selon les définitions couramment admises on considère qu'une paroisse est dressée là où l'État rémunère un pasteur. Mais une paroisse n'existe que s'il y a une communauté qui se réunit...

L'Église locale pour vivre, a également besoin de relations avec les autres communautés protestantes du secteur. Et là aussi ce travail de secteur est l'affaire de tous et pas seulement des pasteurs. Il faut que se créent, comme cela existait il y a quelques années, des relations entre toutes les personnes du secteur, entre communautés, entre CP, entre pasteurs. Mais il faut dépasser la peur de l'autre qui est différent, et surmonter aussi la crainte des inévitables conflits. Souvent la communauté craint d'entrer en relation avec les autres car elle redoute un peu les désaccords et les tensions qui risquent d'émerger. Par confort, on préfère ne pas avoir de relations plutôt que de connaître des frictions. Pourtant il faut accepter les risques potentiels que comporte toute rencontre, et notamment les risques d'affrontement. Nous devons faire le deuil de l'illusion qu'il peut exister une Église "bisounours".

Une proposition est faite, qui pourrait bien favoriser le rayonnement sur l'extérieur : organiser un cycle de conférences sur un thème de la vie, sur une question sociétale se posant à un grand nombre (ex  les conflits dans les différents espaces). Ce cycle serait proposé à une population non ciblée, et notamment de toute confession religieuse. Ces conférences feraient intervenir une ou plusieurs personnes extérieures. Affaire à suivre...
Claudine Wendenbaum
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr