Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Assemblée paroissiale septembre 2014

Photos de la journée   

Rapport financier par Frédéric Orth, le trésorier

M. Orth rappelle tout d'abord les responsabilités du Conseil presbytéral pour ce qui concerne les finances de la paroisse : veiller à ce que les dépenses et les rentrées d'argent soient équilibrées, ce qui s'appelle "gérer en bon père de famille". Pour cela, il faut prévoir, anticiper, préparer intelligemment le budget prévisionnel et veiller à ce que l'on ne s'en écarte pas trop. Le trésorier souligne également que dans bien des circonstances, il ne faut pas avoir peur de dépenser pour vivre notre vie.

À ce jour, la situation financière de la paroisse n'est pas inquiétante, même si elle se révèle un peu agitée et compliquée, avec
  • la rénovation du temple qui ne s'est pas passée comme prévue du point de vue du plan de financement de départ,
  • l'incendie du foyer paroissial cet été pour lequel le montant de l'indemnité de l'assurance n'est pas encore connu.
  • une fuite d'eau compliquée à faire réparer au temple de Maizières
  • et des travaux imprévus au niveau de la porte de secours du chœur du temple à Hagondange, travaux que la paroisse a dû financer elle-même.

Recettes : 30419 euros Dépenses : 34250 euros

Les comptes cette année ne seront peut-être pas complètement équilibrés. Mais ce n'est pas inquiétant, nous disposons d'une petite réserve. Par ailleurs, jusqu'à la fin décembre on constate toujours un décalage entre les entrées et les sorties d'argent, décalage qui est souvent en grande partie comblé par les offrandes de fin d'année qui sont plus importantes.

Quelques informations complètent cette présentation :
  • La mairie de Ennery a spontanément versé à la paroisse une somme d'argent pour contribuer à nos frais de fonctionnement.
  • Nos amis de la Communauté évangélique italienne participent régulièrement aux frais de fonctionnement des bâtiments qu'ils occupent.
  • Les charges de chauffage restent correctes et bien maîtrisées.
  • Nous remboursons quatre mensualités annuelles d'un montant de 1200 euros chacune pour le prêt du foyer paroissial (travaux de rénovation en 2007).
  • Point sur nos versements de solidarité : celui du consistoire a été versé dans sa totalité, la paroisse s'est acquittée de 39% de son engagement pour la contribution ESP et du tiers de sa contribution "mission". Nous espérons pouvoir compléter ces offrandes.

Rapport moral par Claudine Wendenbaum, la présidente du Conseil presbytéral

Quand j'ai commencé à rédiger ce rapport moral, j'ai cherché quelle idée conviendrait le mieux pour exprimer le bout de chemin parcouru cette année par notre communauté. Et ce qui m'est venu à l'esprit en premier, ce sont les nombreuses questions qui se sont posées et imposées, accompagnées de nombreuses discussions qui toutes contenaient en arrière plan la question du neuf et de l'ancien : comment construire le présent en composant aussi avec ce que le passé nous a légué ?

Faut-il tout transformer, changer complètement ou bien doit-on maintenir et répéter à l'identique ce qui existe ? Sans doute ces débats sont-ils un passage obligé et nécessaire quand une communauté d'Église poursuit sa route avec un nouveau pasteur, comme cela a été le cas pour nous. Et avouons-le, ce passage peut se révéler un petit peu inquiétant et dérangeant, on n'aime pas trop être bousculé.

De nouveaux chemins se dessinent, et l'on a toujours un petit peu peur de s'y engager. On construit dans la nouveauté, soit, mais en même temps il me semble que la continuité est nécessaire. Il n'est pas bon de faire table rase du passé parce que c'est ce passé-là qui nous a édifiés et construits tels que nous sommes aujourd'hui. Toute la question cette année a donc été de composer avec tout cela.

Avec un peu d'humour, on peut se rappeler que Jean-Sébastien Laurain est justement arrivé dans la paroisse en pleine fête du Centenaire, à un moment donc où nous regardions notre passé, pour nous en souvenir et nous en réjouir. Le neuf et l'ancien se côtoyèrent alors, malicieusement. Et puis autre clin d'œil intéressant aussi, nos bâtiments s'en sont mêlé pour nous pousser un peu plus dans cette affaire de vieux et de neuf, puisque cette année nous rénovons le temple de Hagondange, et qui dit rénovation dit renouvellement, changement, transformation ; et puis nous avons vu brûler le foyer, ce qui là aussi nous a précipités bien malgré nous, dans une perspective de reconstruction, de re-édification.

Bref cette année et particulièrement avec l'arrivée de notre nouveau pasteur, nous avons commencé clairement à questionner nos habitudes, à mettre éventuellement en question des pratiques et des manières de vivre en Église, à en interroger le sens et la pertinence ; cela a été je crois un élément saillant pour la vie de notre Église locale. Puisse-t-il nous aider à avancer et à progresser.

Ainsi l'une de nos grandes et vives interrogations - et cette interrogation n'en n'est qu'à ses débuts- a concerné le devenir de notre organisation un peu particulière en deux secteurs, Hagondange et Maizières. Pendant longtemps (depuis 1971 en fait), c'était assez simple, deux pasteurs, un pour chaque secteur et vogue le bateau, chacun menant plus ou moins sa vie de son côté, chacun avec son culte - bien entendu, je caricature un peu là. Aujourd'hui, un seul pasteur pour toute la paroisse.

Alors, comment se structurer ? Comment se restructurer ? Quels liens entretenir, quels liens voulons-nous entretenir ? Peut-on encore parler de deux secteurs, autrement dit voulons-nous les maintenir ? Oui mais chaque secteur a son histoire particulière me direz-vous, sa sensibilité, sa spécificité, Maizières par exemple a un penchant plus marqué vers l'œcuménisme, et pas Hagondange. Et puis sur du long terme, les paroissiens ne se déplacent pas toujours facilement de Hagondange à Maizières, ou vice versa.

Vous le savez ce n'est pas simple, et n'attendez pas de moi des réponses à ces questions qui ont beaucoup alimenté et agité nos séances de CP, ou encore je le sais, qui ont alimenté les conversations entre paroissiens. Ces questions restent incontournables, le chemin a été ouvert et il nous faudra le poursuivre, pourquoi pas un peu ensemble cet après-midi. Puissions-nous cheminer sereinement sur cette question en prenant notre temps, sans crispation ni blessure.

Autre point délicat qui a fait débat, quel équilibre trouver entre notre vie communautaire, la vie entre nous si je puis dire, et la vie avec les autres ? Ce ne sont pas les rencontres avec les autres paroisses qui embarrassent, je pense là aux journées des familles, aux cultes communs de confirmation, aux fêtes communes, les journées sur la mission. De plus il faut le dire, nos traditionnelles rencontres et journées en paroisse ont toutes été maintenues avec bonheur, et on en a même rajouté. Non, ce qui a fait débat, c'est l'absence de culte dans nos temples quand le culte a lieu ailleurs, chez les voisins.

À vous entendre, ce qui a fait débat alors et disons-le tout net ce qui a même contrarié, inquiété, voire perturbé certains d'entre vous, -pas tous-, c'est l'impression de désordre qui a été ressentie alors, comme un sentiment de perdre le fil et le socle de notre vie communautaire, l'impression aussi de bousculade et d'agitation, quand le culte a lieu une fois ici une fois là, une fois à tel horaire et une autre fois à un autre horaire.

Autrefois trois lignes dans la chronique de Renouveau suffisaient pour annoncer l'organisation de nos cultes, aujourd'hui il en faut bien plus des lignes, parce que cela bouge et varie davantage. Je vous ai alors entendu dire "On ne s'y retrouve plus", vous avez exprimé également une certaine inquiétude, craignant que "ce qui a été construit et maintenu avec tant d'efforts va s'effacer". Je ne pense pas que ce soit le cas, mais là encore on peut entendre, on doit entendre ce besoin de trouver une harmonie entre continuité et mouvement, entre conservation et innovation.

Puissions-nous là aussi progresser en respectant ces deux aspects, en même temps maintenir le cap et puis aussi inventer d'autres choses ; puissions-nous progresser en faisant circuler la parole - peut-être aujourd'hui lors de cette assemblée- pour que chacun et chacune puisse découvrir et dire clairement ce qui lui tient à cœur.

Accueillir la nouveauté et le mouvement, puisque c'est de cela qu'il s'agit, c'est aussi d'une certaine manière savoir accueillir les jeunes générations. C'est un souci important pour le Conseil presbytéral, faire de la place à la jeunesse qui construit ainsi des liens avec l'Église et surtout, surtout avec Dieu. Les cultes avec les petits de 0 à 6 ans accompagnés de leurs proches, ont pris leur essor et c'est une affaire qui roule vraiment bien.

Le groupe du Jardin biblique a eu un peu de peine à fonctionner cette année et nous avons réfléchi aux moyens pour lui donner son élan. Les catéchumènes de leur côté vivent régulièrement des rencontres en Église avec les jeunes des paroisses voisines.

Les enfants ont donc toute leur place, et le Conseil presbytéral souhaite que toute cette jeunesse vive et partage les temps communautaires de la paroisse ; d'abord pour que les enfants s'enracinent dans une Église locale visible ; et repérable et puis aussi parce que ces jeunes ont certainement quelque chose à nous apporter. Puissions-nous soutenir cette dynamique qui se met en route.

Voilà les quelques points que je voulais mettre en relief, il y aurait bien d'autres choses à dire encore, mais j'en laisse un peu pour cet après-midi. Merci à tous ceux et toutes celles qui s'engagent à divers titres et qui font la vie de notre communauté. Beaucoup de reconnaissance aussi pour le soutien et le réconfort que nous avons su nous apporter les uns aux autres dans les moments difficiles que nous avons rencontrés avec l'incendie du foyer.

On a souvent dit ici que l'Église c'est l'affaire de tous. Je rajouterais aussi que l'Église ne nous est pas livrée "clés en main" comme un produit fini, fort heureusement. Et donc c'est à la communauté, accompagnée par son pasteur, de prendre sa vie en main, de construire des projets et de réfléchir à ce qui nous unit, à ce qui nous guide, ce que nous voulons vivre ensemble. Puissions-nous pour cela être conduits, fortifiés et rafraîchis par la Parole de Dieu.

Présentation des activités de la paroisse par le pasteur Jean-Sébastien Laurain

Le pasteur Jean-Sébastien Laurain déroule la vie ordinaire d'une paroisse pas tout à fait ordinaire, en montrant divers objets qui désignent et symbolisent ses multiples aspects :
  • Un recueil Arc en Ciel, pour le chant communautaire qui est très important dans cette paroisse. La qualité d'écoute dont témoigne notre communauté, est soulignée.

  • Une bible Segond bien protestante, pour le groupe d'étude biblique (1er jeudi du mois) qui cette année explore le livre de l'Apocalypse. Dans ces rencontres, personne ne détient un savoir spécifique, il n'y a pas d'un côté un enseignant et de l'autre des personnes qui apprennent ; c'est un groupe qui a le sens du dialogue et du partage collégial où l'on progresse ensemble.

  • Une TOB traduction biblique œcuménique, pour le groupe biblique œcuménique (2ème mercredi du mois, à l'église de Maizières). Le prêtre ou le pasteur conduisent en alternance la réflexion et là encore, les temps d'échange sont nombreux, animés et enrichissants. Cette année, le groupe explore l'évangile de Matthieu.

  • Un numéro de Renouveau, pour le groupe des porteurs de ce journal consistorial. Ce groupe est peu visible dans son ensemble, mais bien présent dans la paroisse.

  • Un livret caté, pour les jeunes qui poursuivent le parcours catéchétique avec les autres jeunes des paroisse de Amnéville, Moyeuvre, Rombas, Yutz et Thionville, en alternant les lieux de rencontre. Cette année, on mettra l'accent sur les liens communautaires. Il faut souligner que ce n'est pas facile de jongler entre le local (paroissial) et le plus général (le secteur et plus loin encore). mais de nos jours vu le petit nombre de catéchumènes par paroisse, le regroupement s'impose.

  • Le bateau du culte avec les petits, (tous les deux mois). C'est un temps de culte familial avec (et pas "pour") les jeunes enfants, temps qui est ouvert à tous et pas réservé à une tranche d'âge particulière. Ce bateau prend sa progression avec des familles de paroissiens que l'on ne voit pas forcément dans les autres rencontres.

  • Une figurine de grand-mère, pour les cultes dans les maisons de retraite. Ce groupe est bien vivant, composé du pasteur bien sûr et des paroissiens qui l'accompagnent. On note au Pré Vert que les personnes rencontrées deviennent de plus en plus dépendantes.

  • Une pelle à tarte, pour le Café-partage (1er jeudi du mois). On n'y partage pas que le café et les gâteaux. On y chante, on réfléchit ensemble à des questions de société ou à des textes bibliques, on partage des anecdotes sur la vie quotidienne, on partage aussi des nouvelles des uns des autres. Malheureusement, ce groupe perd peu à peu ses membres.

  • Un bulbe porteur de promesse, pour le jardin biblique qui nous l'espérons trouvera un nouvel élan cette année. C'est un lieu de rencontre, de partage, de vie joyeuse pour les enfants qui découvrent l'histoire biblique. Un dimanche par mois, la journée commence avec la présence des enfants au culte dominical et se poursuit au presbytère pour se terminer par le partage d'un repas.

  • Le tampon de la paroisse, pour l'aspect administratif de la vie. Ce sont des petits riens mais qui prennent du temps et qui ne se voient pas. Il est important de soigner cet aspect qui concerne nos relations avec les municipalités et avec les autres paroisses.

  • Une bougie, pour les visites portées essentiellement par le pasteur. Cela prend du temps et ne fait pas beaucoup de bruit mais on sait combien c'est important, quelque chose aussi qui est de l'ordre de l'intime et du confidentiel.

  • Un caillou, pour nos quatre bâtiments à entretenir, tenir propres et accueillants. Ce souci est partagé à plusieurs.

  • Un panier/passoire, parce que chacun peut trouver sa place, l'Église ne se ferme pas à double tour. Par ailleurs il n'est pas bon de remplir à ras bord, il faut laisser de la place à l'imprévu.

Discussion sur l'Église

L'assemblée s'est partagée en petits groupes pour partager, échanger et débattre de questions en relation avec l'Église. Une série de questions était alors proposée pour guider la réflexion. Puis pour terminer, une mise en commun eut lieu, fort animée elle aussi. Une communauté n'en n'a jamais fini, semble-t-il, de s'édifier...

l'Église, c'est quoi ?
  • C'est nous, mais pas à la manière d'un club fermé.
  • C'est la maison du bon Dieu, un guide (phare), un refuge, comme une 2ème famille
  • C'est une communauté, un lieu de rassemblement, de rencontre, d'unité, un lieu de prière et de recueillement
  • l'Église c'est "les croyants ensemble" et pas seulement les gens engagés dans la paroisse. Ses limites sont inconnues.
  • C'est aussi une institution.
  • L'Église est au service de la Parole de Dieu qui reste première.
Pourquoi vous êtes là ? Qu'est-ce que vous venez faire ici ?
  • Notre présence ici est liée à une appartenance familiale ou identitaire. Il n'est pas toujours facile de faire partie de la minorité dont on ne parle jamais, et c'est bon de se trouver ensemble.
  • Pour le partage festif, pour sortir de l'isolement, par besoin de rencontrer les autres, échanger et parler librement sans être jugé, tout en sachant que l'on est écouté et accepté
  • Faire notre devoir
  • Pour assister au culte, par quête de spiritualité (un besoin dans la société, mais avec un rejet des systèmes), et parce que l'on ne peut pas être chrétien tout seul.
  • Pour servir ; parce que ma parole ancrée dans l'Évangile peut amener l'autre à grandir.
  • Parce que j'ai besoin d'entendre la parole, d'entendre résonner la bonne nouvelle.
Qu'est-ce qui (pour notre paroisse) vous tient vraiment à cœur et vous paraît essentiel ?
  • L'unité pour le Seigneur.
  • Les rencontres qui tissent des liens et nous soudent.
  • La participation des jeunes.
  • Pour notre communauté, trouver le bonheur et la paix à transmettre à nos enfants
Quelles sont vos attentes ?
  • Le plus important, c'est l'humain, il faut donc s'occuper et se préoccuper des personnes. Dans l'Église, on trouve et puise aussi des forces qui nous permettent d'aider et soutenir les gens en panne que nous rencontrons dans nos vies personnelles.
  • Chacun devrait témoigner de Jésus-Christ, en 1er lieu dans son comportement.
  • Nous apportons quelque chose de plus que la société, c'est l'espérance, d'où l'importance de l'évangélisation. Mais par quels moyens ? Sous quelles formes ? Danger de ne pas être compris et de passer pour des illuminés. Et puis on peut aussi retourner la question : qu'est-ce que la société apporte que l'Église n'apporte pas ? Et autre question qui apparaît encore : est-il pertinent de séparer et opposer ainsi société et Église ?
  • Importance de la prédication qui doit annoncer l'Évangile et nous interpeler ; être nourri spirituellement, recevoir du grain à moudre.
  • Importance du chant, car c'est vivre vraiment quelque chose dans l'unité et l'affectif.
  • Une inquiétude par rapport à ce qui se met en place comme le culte avec les petits  : les parents viennent pour leurs petits et pas pour tisser des liens avec la communauté locale.
  • Approfondir la parole avec laquelle on n'en n'a jamais fini. Cela peut nourrir notre vie.
  • Les rencontres avec les autres paroisses sont agréables, mais ce n'est pas une nécessité pour nous.
  • Autre inquiétude : Que le culte ne puisse être maintenu dans nos lieux de culte tous les dimanches.
Qu'est-ce que vous préférez parmi les différents aspects de notre vie communautaire ?
  • être ensemble
  • Témoignage : quand je suis arrivé dans la paroisse il y peu, j'ai eu le sentiment d'un véritable accueil, sans ingérence dans ma vie privée et sans que l'on essaye de me mettre le grappin dessus.
    On souligne que c'est le résultat d'un travail et d'une progression qui a duré de longues années ; il a fallu une interpellation sur notre capacité à nous ouvrir pour accueillir les autres en toute simplicité.
    Ce théme néanmoins devrait être creusé car nous fonctionnons avec des codes qui devraient s'assouplir en vue de l'ouverture vers les autres.
Quels projets auriez-vous envie que nous mettions en place ?
  • Une chorale
  • Organiser des rencontres, des manifestations qui amènent des gens à venir vers nous (concerts)
  • Conférence-réflexion pour nourrir notre besoin d''approfondissement.
  • Trouver d'autres formes de rencontres
  • Trouver une solution aux problèmes de déplacement, acheter un mini bus
  • Témoigner dans la politique
Qu'est-ce qui pourrait évoluer, changer ?
  • Davantage d'œcuménisme
  • Se rendre plus visible à Mondelange, par rapport à la communauté évangélique qui y occupe le terrain. Rencontrer les Maires des principales villes de notre paroisse pour se faire (re)connaître.
                    Retour vers chantiers de réflexion
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr