Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Il est il était il vient,Caillaud
Parousie

Le sens du mot : Du grec parousia, qui signifie présence, arrivée.
Selon les papyrus contemporain du Nouveau testament, ce mot désignait dans le monde gréco-romain la visite officielle d'un prince ou d'un personnage important pour laquelle les gens se préparaient à l'avance. Les auteurs anciens, Sophocle et Euripide par exemple, utilisaient ce terme dans le sens de présence, occasion qui se présente. L'apôtre Paul l'emploie dans ce même sens dans la deuxième épître aux Thessalonissiens et Pierre l'utilise pour évoquer l'avènement du jour de Dieu (2 Pie 3.12).
Le mot hébreu voisin (QaBaTs) évoque l'idée de rassemblement, de retrouvailles.
Le mot latin (Adventus), signifie "avènement" et a donné le terme "Avent", période où l'on célèbre la première venue du Christ et où l'on exprime le désir de son retour glorieux.

Dans les Écritures : Les premiers écrits chrétiens utilisent ce vocable pour désigner la venue ultime du Christ parmi les hommes, inaugurant les temps messianiques et l'avènement glorieux à la fin des temps. Ce retour est annoncé dans l'évangile de Jean lors de la rencontre de Jésus avec Nathanaêl (Jn 1, 43-51) et dans d'autres passages encore (Jn 14). Plusieurs paraboles semblent l'évoquer : Les mauvais vignerons, les talents, le texte du jugement dernier de Mt 25... Ce retour s'accompagnera d'un jugement final où Christ exercera son pouvoir souverain (Mc 8 :38, Mt 16 :27 et 25 :31, Lc 9 :26), et dans certains textes, retour ultime et jugement dernier se confondent dans la même espérance (1Co 1 :8, 2Co 1 :14 Phi 1:6).

Les chrétiens de la première génération attendaient et espéraient donc cet avènement du Fils de l'homme de leur vivant, dans un délai qu'ils croyaient tout proche : "Prenez patience, mes frères, affermissez vos cœurs, car l'avènement du Seigneur est proche" (Jc 5). "Attendez et hâtez l'avènement du jour de Dieu" (2 Pi 3).
Pour eux, ce temps allait coïncider avec l'établissement définitif du Royaume de Dieu sur la terre, une sorte de processus de libération générale. Ils pensaient aussi que ce temps serait celui du Jugement dernier (triomphe du bien sur le mal) et dans cette perspective certains arrêtèrent de travailler, de se marier et d'avoir des enfants (Ac). On sait aussi que les chrétiens de l'Église naissante avaient mis tous leurs biens en commun et vivaient en communauté pour attendre ce retour du Seigneur et la venue du royaume.

Durant les toutes premières décennies après Jésus, certains mouvements chrétiens se sont fortement radicalisés dans leurs attentes apocalyptiques à cause de l'échec de leur prédication auprès de leur coreligionnaire. Ils étaient convaincus que les persécutions dont ils étaient victimes, étaient le signe qu'ils étaient en train de vivre la fin des temps et ils attendaient avec impatience ce retour prochain du Fils de l'Homme sur les nuées. Le "retard" de la parousie mit leurs mouvements en crise.

La parousie est un sujet assez discuté, elle a fait l'objet de nombreux commentaires et de multiples débats théologiques car les interprétations prophétiques de la fin des temps sont variées (livres bibliques de l'Apocalypse, Daniel, Ezéchiel...) En fait les Écritures sont assez avares de détails sur le moment du retour du Christ et sur le déroulement de la parousie, affirmant même en certains endroits que nul ne peut savoir (Mt 24,36 ou Mc 13,35), ce qui va à l'encontre des prétentions de ceux qui tentent d'en déterminer la date. Alors que certains textes bibliques laissent entendre que la parousie est imminente (Mc 13 : 30, Mt 10 :23, 1Th 4 :15-17), d'autres annoncent qu'elle se produira dans une époque lointaine. (Lc 12 :40, 2Th 2 :1).
Les textes qui annoncent la parousie en font connaître des signes avant-coureurs, tels que des faux prophètes cherchant à égarer les foules, des tribulations de toutes sortes, des signes dans le ciel. Mais on peut aussi remarquer que d'une certaine manière ces réalités annoncées comme signes précurseurs, ont existé de tout temps.

Valloton, knocking at the doorJésus a t-il annoncé à ses disciples son retour imminent ou leur a-t-il annoncé une parousie à la fin des temps ? Quelle a été sa croyance à lui ? On peut penser que pour bien se faire comprendre de ses auditeurs, Jésus a utilisé le vocabulaire, les images, les idées et les concepts eschatologiques de son temps, cherchant à donner un cadre à son message qui soit cohérent avec le contexte de l'époque. Mais les disciples ont plutôt pris les choses au pied de la lettre, pensant que Jésus évoquait des événements locaux et immédiats.

L'attente de la venue de Christ s'est modifiée progressivement, les gens se rendant bien compte que ce retour du Christ était à attendre d'une toute autre manière qui doit pouvoir s'appliquer à tous les êtres humains de tout pays et à toute époque. Christ n'est pas du tout absent, il est vivant et présent auprès de nous tous les jours. Et l'attente de la fin du monde se traduit plutôt par l'espérance qu'en définitive, le mal et la violence ne l'emporteront pas, que la vie aura le dessus. Dans cette perspective, la parousie est comprise comme le centre intime de la vie d'aujourd'hui.
Retour vers Lexico-théo
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr