Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Sadducéens

Le mot...

Le terme sadducéen vient du latin Sadducaei, lui-même issu de l'hébreu tsadoukim. On pense que ce substantif dérive de bnei Tsadokou qui signifie "fils de Sadoq" ; les sadduciens seraient donc des descendants de Sadoq.

Quelques Pères de l'Église (Jérôme) pensent plutôt que le terme dérive de l'adjectif hébreu tsaddîq, qui signifie "juste" ; mais alors comment expliquer le changement du i en ou et quel serait le rapport de sens avec l'adjectif ?

Les sadducéens constituaient, avec les pharisiens et les zélotes, l'un des trois grands courants du judaïsme et formaient la caste sacerdotale.

Un peu d'histoire...

L'histoire des sadducéens est difficile à retracer car les sources sont rares et peu fiables, elles sont d'ailleurs très souvent défavorables aux sadducéens. La littérature rabbinique est mal informée sur eux parce qu'au moment où le Talmud a été constitué, ce parti avait déjà cessé d'exister.
Même le lien des sadducéens avec le grand prêtre Sadoq est incertain, il n'est évoqué que deux fois dans la bible hébraïque.
On peut néanmoins dater l'apparition de ce courant au début du deuxième siècle av. JC, quand les Séleucides tentèrent de conquérir la Judée. Lorsque Antiochus Épiphane tente d'introduire la civilisation grecque dans le petit peuple d'Israël, cela crée une scission au sein du peuple : d'un côté les pieux hassidim (ancêtres des pharisiens) décidés à conserver coûte que coûte la pureté de la religion, et de l'autre ceux qui pensent que l'idéal religieux du peuple est tout à fait compatible avec celui de l'hellénisme et qu'il ne faut pas isoler le judaïsme du monde ambiant. Ces derniers solidifient leur mouvement en fondant le parti des sadducéens. Écartés d'abord du pouvoir, ils jouent ensuite un rôle politique important car ils servent les desseins des rois. Par contre, leur influence sur l'évolution de la religion juive fut mince. En prônant la modération à l'égard des Romains, ils s'opposèrent au parti des zélotes. Malgré ses complicités avec l'occupant romain, le parti des sadducéens s'affaiblit considérablement après la destruction du Temple de Jérusalem en 70, et disparaît totalement par la suite.

Surtout issus de familles aristocratiques, les sadducéens occupaient des fonctions importantes de sacrificateurs, c'est eux qui contrôlaient l'administration et le culte du Temple. D'après les sources, seuls comptaient pour eux les intérêts du Temple. Leur activité se limitait en général à l'intérieur de Jérusalem et on ne les rencontrait que très rarement hors de la capitale. Cette caste très conservatrice était surreprésentée au sein du sanhédrin où elle exerçait une fonction de juge. Sa jurisprudence criminelle était très rigoureuse.

Quelles étaient leurs croyances ?

Les sadducéens se prétendaient les gardiens de la religion authentique car seule la loi écrite avait valeur de règle pour leur vie et contrairement aux pharisiens donc, ils refusaient de prendre en compte la Loi orale. Cette divergence fut à l'origine d'une grande rivalité et créa de nombreuses controverses entre les deux courants : " Les pharisiens ont transmis au peuple certaines règles qu'ils tenaient de leurs pères, qui ne sont pas écrites dans les lois de Moïse, et qui pour cette raison ont été rejetées par les sadducéens qui considèrent que seules devraient êtres tenues pour valables les règles qui y sont écrites et que celles qui sont reçues par la tradition des pères n'ont pas à être observées." (Flavius Josèphe Antiquités juives, XIII-297)

Ils rejetaient aussi certains rituels de purification initiés par les pharisiens ainsi que plusieurs de leurs doctrines (la résurrection Mt 22/23, l'immortalité de l'âme, l'existence des anges Actes 23/8...) parce qu'à leurs yeux celles-ci ne trouvaient pas de fondement dans la loi de Moïse. Ils refusaient l'idée de providence divine, affirmant que la liberté humaine est pleine et entière. Bien des érudits considèrent que les sadducéens furent beaucoup plus conservateurs que les pharisiens car ils résistaient obstinément aux innovations et aux évolutions des manières de penser.
Les tendances qu'ils représentaient n'ont pas été largement partagées par les foules, et Josèphe écrivait à leur propos : " Ils n'atteignent que les gens aisés, ils n'ont pas le peuple de leur côté ".
Lorsque les textes historiques évoquent leur caste, ils les présentent sous un assez mauvais jour : matérialistes orgueilleux très attachés aux plaisirs terrestres et peu préoccupés par l'interprétation morale de la loi, ils avaient renoncé aux espérances d'Israël, manquaient d'énergie spirituelle et évitaient d'être bousculés dans leur vie agréable.

Les évangélistes évoquent assez peu cette caste qui n'avait que de rares contacts avec les foules, mais ils nous apprennent que les relations entre Jésus et les sadducéens furent assez houleuses : À plusieurs reprises Jésus mit son entourage en garde contre les enseignements des sadducéens (Mt 16/12) ; ceux-ci, que leur rationalisme rendaient imperméables au message du Christ, exprimèrent de l'hostilité envers les disciples de Jésus et envers la première Église, allant jusqu'à provoquer l'incarcération des Douze (Ac 5/17-18).
Retour vers Lexico-théo
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr