Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Sanctification

Du latin sanctus, saint et facio, je fais

La sainteté est la qualité essentielle de Dieu : Dieu est lumière, et (qu)'il n'y a point en lui de ténèbres (1 Jean 1/5). Elle caractérise pourtant aussi les humains croyants qui dans les Écritures sont nommés les sanctifiés en Jésus Christ ; et même ces Corinthiens auxquels Paul s'adresse et dont le comportement est très critiquable sont désignés comme cela par l'apôtre (1 Cor1/2).

Bien sûr c'est uniquement par grâce que nous sommes justifiés, pardonnés et acceptés par Dieu, notre salut ne dépend absolument pas de nos mérites ni de notre sainteté. Justification et sanctification ne sont jamais confondues. Seulement cette grâce offerte suscite également en nous une conversion qui nous transforme progressivement en " homme selon Dieu ", c'est-à-dire en ce que nous sommes appelés à être. Cette progression vers la sainteté ne nous fait pas nous conformer à un modèle uniforme, car la sainteté est multicolore et particulière pour chaque fille et chaque fils de Dieu. Et il ne s'agit pas de devenir cette personne unique par imitation superficielle où on copierait des comportements pour être conforme à l'image du Christ, ni par simple amélioration de caractère moral. Cette expérience est engendrée par la puissance de vérité et elle est vraiment créatrice à l'exemple de Jésus qui nous pousse à vivre en plénitude.

La sanctification est donc encore une grâce qui émane de Dieu, elle est liée à l'œuvre de l'Esprit saint. Cet Esprit nous régénère, sa présence est comme le moteur du travail qui s'opère en nous lorsque nous ne nous y opposons pas. Nous sommes impuissants à mener par nous-mêmes une vie affranchie du mal, il nous est impossible de devenir saints par nos propres efforts et seul Dieu peut nous faire avancer sur ce chemin. D'une certaine manière la sanctification a quelque chose à voir avec le lâcher prise puisqu'il s'agit d'accepter de se laisser faire.
Et en même temps nous y avons une certaine part car rien ne se peut se faire sans nous. Ainsi dit Eric Fuchs, tout ce que fait l'humain est infiniment en deçà de ce que l'exigence éthique de l'amour réclame, mais rien de ce qu'il fait n'est dérisoire ou insignifiant puisque cela témoigne du travail de l'Esprit en l'être humain pour le restituer à sa vocation d'enfant de Dieu.

La parole de Dieu a un pouvoir sanctifiant : elle nous interpelle et nous pousse à discerner la volonté divine, de telle sorte que nous apprenons que l'exigence de la loi est bien au-delà de nos possibilités naturelles. Cette parole extérieure à nous, déjoue aussi nos prétentions à être bons par nous-mêmes et met à nu les vertueux de façade. Elle nous appelle à sortir de notre ancienne vie et peut devenir désormais le point d'ancrage de notre vie nouvelle. Dans le même temps nous recevons de cette parole la promesse que l'Esprit saint nous aidera pour répondre de façon responsable à son interpellation.

Les apôtres donnaient à la sanctification une place importante dans leur enseignement, ils en parlaient comme faisant partie des commandements même du Seigneur : Vous serez saints, car je suis saint. (1 P 1/16) Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification .(1 Th 4/3). L'apôtre Paul a tout particulièrement dévoilé cette expérience en invoquant des images de régénération et de libération qui ne sont rendues possibles que par le sacrifice expiatoire de Jésus Christ : nous devons nous débarrasser de notre vieille nature et revêtir la nature nouvelle, créée à la ressemblance de Dieu et qui se manifeste dans la vie juste et sainte qu'inspire la vérité (Ep 4/21-24).
Même si nous sommes sanctifiés par l'offrande de Jésus Christ faite une fois pour toutes (Hé. 10/10), les apôtres nous exhortent souvent à poursuivre la sainteté.

Et cette sanctification est tout le chemin de la spiritualité. Chemin, parce que les Écritures parlent de la sanctification comme d'une œuvre en cours, à achever ou en achèvement. Le fait d'être nés de nouveau, ne veut pas dire que nous ne sommes plus charnels, mais que nous avons reçu une vie nouvelle qui devra croître jusqu'à parvenir à la mesure de la stature parfaite de Christ. (Ep 4/13).

L'éthique chrétienne est en relation étroite avec ce travail que Dieu réalise en nous par son Esprit et avec cette recherche de la sainteté, recherche qui est impulsée et approfondie par la révélation de la loi. La sanctification consiste alors à bien ordonner sa vie selon l'enseignement de l'Écriture. Elle correspond à la manière dont les humains doivent répondre à l'exigence éthique, c'est une disponibilité à l'égard de Dieu et à l'égard d'autrui ; exprimant un choix de valeurs dont le plus important est de savoir se décentrer de sa personne pour faire place à l'(A)autre, elle entraîne toute une série de décisions sur le genre de vie qu'on veut mener. Une telle sanctification ne déconsidère pas la tâche profane, bien au contraire elle la situe dans l'ordre de la reconnaissance envers Dieu.

Calvin a beaucoup insisté sur la sanctification comme responsabilité majeure du chrétien, tenant à marquer que si les bonnes œuvres ne jouent plus aucun rôle dans l'acquisition de la justice devant Dieu, elles n'en sont pas moins la manifestation concrète de la justice déjà acquise. La responsabilité éthique est la conséquence directe du salut gratuit opéré en Jésus Christ : sainteté et pureté de vie apparaissent de manière impérieuse en ceux qui, du règne du péché ont été transportés au règne de justice.
Retour vers Lexico-théo
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr