Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

L'histoire de la Réforme


Le protestantisme s'installe en France

Résister gravé dans la pierre par Marie Durand

La mise en place du protestantisme tel que nous le connaissons aujourd'hui en France fut longue, violente et diversifiée. Dans bien des pays on passe en bloc à la Réforme sous la pression des Princes au pouvoir ; en France au contraire nous sommes en face de communautés créées le plus souvent de toute pièce tandis que les anciennes paroisses continuent d'exister sous l'autorité de Rome. On voit donc une création originale et combative.

Favorisées par le climat de liberté intellectuelle de la Renaissance, les idées de Luther et de Zwingli circulent en France dès 1520. Au début assez favorable aux Réformateurs, François 1er change d'avis avec "l'affaire des placards" en 1534 : à un moment où les prises de position s'organisent vraiment, une centaine de petites affiches ayant pour titre "Articles véritables sur les horribles, grands et insupportables abus de la messe papale", sont placardées à Paris ou ailleurs, y compris sur la porte du château d'Ambroise ; la répression devient plus sévère, Calvin doit fuir la France, et le roi devient un allié puissant de l'Inquisition.

À partir de 1541 et depuis Genève, Calvin influence fortement les groupes constituant les Églises nouvelles et malgré les tragiques persécutions (bûchers, exils) on dresse des Églises Réformées un peu partout. Très rapidement leur nombre dépasse un millier.

À partir de 1559 la Réforme fait son entrée dans les familles nobles liées à la Cour, elle peut ainsi sortir de la clandestinité et se politiser davantage. Mais la politique anti-réformée se poursuit.

Le colloque de poissy Soucieuse de restaurer l'autorité de l'État et impressionnée par le progrès des Églises Réformées, la régente Catherine de Médicis tente en vain une réconciliation entre catholiques et réformés lors du colloque de Poissy en 1561. En 1562, elle signe l'édit de Janvier qui reconnaît pour la première fois la " nouvelle religion " et accorde aux réformés la liberté de culte hors des villes.
Cet édit exaspère les catholiques. Deux mois plus tard a lieu le massacre de Vassy, point de départ des guerres de Religion qui dureront jusqu'en 1598.

La Saint Barthélémy Le 24 août 1572, c'est le terrible massacre de la Saint-Barthélemy à Paris et dans diverses villes.

Toute cette période de graves crises est marquée par une succession de batailles en divers lieux de France (on y compte pas moins de huit guerres), de tentatives de paix, traités, trêves rompues, amnisties qui ne définissent que des droits partiels. La paix ne sera toujours que temporaire. Le contrôle de l'État et le statut de la religion réformée sont en question à chaque fois.

L'épuisement complet du pays incite à la fin des luttes armées lorsqu'en avril 1598 est signé l'édit de Nantes ; celui-ci est un compromis qui tente de stabiliser le rapport de forces entre majoritaires catholiques et minoritaires protestants (de 6 à 8 % de la population du royaume) ; il affirme que le catholicisme reste religion du royaume, reconnaît un certain nombre de lieux de culte pour les adeptes de la religion réformée à qui il garantit des droits politiques et militaires (droit de posséder 150 lieux de refuge où avoir une garnison) tout en les privant de toute possibilité d'expansion religieuse. L'accès à certains métiers leur reste interdit.
Le temple de Viala date de cette époque L'édit demeurera longtemps en vigueur et les réformés profitent de cette paix relative pour se relever : tenue de synodes réguliers pour les 763 Églises, construction de temples, étude des Écritures, création d'écoles, de collèges et d'académies.

Gilles Castelnau : Comme le montre l'enquête systématique faite à Metz, au milieu du XVIIe siècle, les familles réformées, par rapport aux catholiques, sont plus nombreuses à posséder des livres (80 %, contre 20 % des livres repérés dans les inventaires après décès), et en plus grande quantité (de 6 en moyenne contre 2,5 chez les artisans et marchands, à 124 contre 37 chez les avocats, magistrats, médecins). En tête, la Bible de Genève ou le Nouveau Testament seul : livres transmis de père en fils appropriés par l'inscription sur les pages de garde, du fil des générations, la mémoire des naissances et des morts. La pratique familiale et individuelle de la Bible et des psaumes, chez l'avocat comme chez l'huilier ou l'aubergiste, est sans doute le plus fort marqueur de la piété réformée, comparée à la piété catholique, à faible rapport au livre.

La période qui s'étend de 1685 à 1787 est la plus douloureuse du protestantisme français :

Louis XIII déjà avait entamé les libertés protestantes, mais c'est surtout Louis XIV qui déclenche de féroces persécutions appelées " les dragonnades " ; les protestants abjurent en masse et le roi en tire prétexte pour révoquer l'édit de Nantes en 1685 avec l'édit de Fontaineblau. Femmes à la Tour de Constance
Les protestants sont "hors la loi" dans leurs pays, leur culte interdit, les temples rasés, les pasteurs emprisonnés ou exécutés, ceux qui bravent les interdits partent aux galères, les femmes qui refusent d'abjurer sont emprisonnées à vie (tour de Constance à Aigues-Morte).
On estime que 250 000 protestants choisissent l'exil dans les pays voisins dits " du Refuge " .
Culte au désert La révolte des Camisards dans les Cévennes est écrasée ; ce soulèvement armé contre une domination qui se voulait spirituellement totalitaire ne vise qu'à défendre la liberté d'être protestant en France tout en restant fidèle au roi.
Entre soumission apparente et clandestinité (cultes au Désert), une poignée de fidèles maintient la flamme du protestantisme.

Progressivement, l'influence des idées des Lumières atténue les persécutions et rétablit les libertés. Les philosophes des Lumières Voltaire et Rousseau auront à cet égard une énorme influence.

plaques du temple de Durfort

Voici quelques dates-charnières pour la reconquête de la liberté totale du culte :

  • En 1787, l'édit de tolérance reconnaît l'existence de protestants dans le royaume, sans pour autant leur accorder la liberté de culte.
  • En 1789, la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen reconnaît la liberté de culte.
    Les protestants peuvent à nouveau espérer vivre au grand jour, car écrit Gilles Castelnau, la Révolution française elle, ne tolère pas, elle donne toute la liberté.
  • 1791 : l'institution de l'État Civil redonne droit de cité aux protestants.

Voici encore - tout juste évoquées - quelques étapes d'un protestantisme dont l'histoire reste sans nul doute toujours inachevée :

  • 1802 : Les Articles Organiques réorganisent les Églises Réformées et luthériennes (surtout en Alsace et au Pays de Montbéliard). Bien réinsérés dans la société française, les notables protestants participent activement à son développement économique et social ; plus à la base, un mouvement de Réveil spirituel reévangélise ; les divisions entre orthodoxes restés strictement fidèles aux Réformateurs et les libéraux plus modernistes, séparent les Églises.
  • 1872 : le gouvernement de la IIIème République met fin à la tutelle religieuse et reconnaît l'autonomie des Églises Réformées en autorisant la tenue du Synode national.
  • 1880 : 1500 à 2000 écoles protestantes s'intègrent à l'école publique et laïque.
  • 1905 : Loi de séparation de l'Église et de l'État : convaincu depuis longtemps d'une nécessaire laïcité, le protestantisme en accepte sans problème l'application.
  • 1938 : Constitution de l'Église Réformée de France (ERF), par la réunion de quatre Unions d'Églises :
    • Églises Réformées, de tradition théologique libérale.
    • Églises Réformées Évangéliques, de tradition théologique orthodoxe.
    • Églises Libres, qui sont à l'origine des Églises sorties du Concordat au cours du XIXème siècle ; leur théologie est orthodoxe.
    • Églises Méthodistes, influencées par le méthodisme anglais du XIXème siècle.

    Cette unité fut rendue possible grâce à un compromis selon lequel la confession de foi votée au Synode de 1872 est complétée et doit être lue lors de la consécration des pasteurs ; ceci donne satisfaction aux orthodoxes ; elle est rendue acceptable pour les libéraux car elle est précédée du préambule suivant :
    Vous lui donnerez votre adhésion joyeusement, comme une libre et personnelle affirmation de votre foi. Sans vous attacher à la lettre de ses formules, vous proclamerez le message de salut qu'elles expriment.
Table de communion à Saint Jean de Maruejols

Bibliographie Retour vers histoire de la Réforme
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr