Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Romans

Mary Ann Shaffer et Annie Barrows Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates. Traduit de l'américain par Aline Azoulav. Éd NiL, 390 p.


Couverture de le cercle littéraire des amateurs dépluchures de patates Ce charmant roman rédigé sous forme épistolaire offre une lecture savoureuse et fraîche, il se déguste comme une délicieuse part de tarte à laquelle il est difficile de résister.

Janvier 1946. À Londres où l'on se remet difficilement des drames de la guerre, Juliet Ashton cherche un sujet d'inspiration pour son prochain roman. Elle reçoit la lettre d'un certain Dawsey Adams, timide membre d'un "Cercle littéraire d'amateurs d'épluchures de patates" habitant sur l'île oubliée de Guernesey et qui, par le plus grand des hasards, est en possession d'un livre ayant jadis appartenu à Juliet. Il n'en faut pas plus pour piquer la curiosité de cette jeune auteure vive, pétillante et anticonformiste qui, amoureuse des livres, va chercher à en savoir plus sur le Cercle au nom si saugrenu. Et nous voici embarqués avec elle dans une correspondance épistolaire savoureuse, drôlissime et incroyablement tendre, à l'humour so british.

De confidences en petits secrets échangés dans ces lettres avec les habitants fantasques de Guernesey (et aussi avec son ami et éditeur Sidney), Juliet tisse des liens d'amitié profonde. Elle découvre l'histoire d'une petite communauté attachante qui vécut la deuxième guerre dans un isolement complet et qui fit preuve alors d'une force de vie extraordinaire. On a le cœur un peu serré par ces récits des drames de la guerre, les nombreuses familles dispersées et éclatées, les milliers d'enfants de l'île envoyés à l'abri en Grande-Bretagne, les autochtones expulsés dans les camps. Le cercle littéraire au nom si drôle et qui les transforma tous en lecteurs assidus, fut naguère créé dans l'urgence pour camoufler aux Allemands leur amour du cochon grillé, gourmandise absolument prohibée par les Occupants allemands. La lecture devint ainsi un lien qui permit à la communauté de se préserver, de bâtir des relations et de résister à l'agresseur d'une façon hors norme. Ce roman empreint d'une profonde humanité est un véritable chant d'amour à la lecture et à la liberté.

Tous les personnages évoqués en filigrane des lettres sont attachants et grâce aux petites anecdotes qu'ils racontent à échelle humaine, on plonge avec eux dans leur vie si ordinaire et pourtant si incongrue. Et ce brin d'humour tendre et malicieux qui se faufile un peu partout dans les pages donne aux lettres une douceur de vie qui charme le lecteur.
Qui pourrait résister aux excentricités délectables d'Isola Pribby, aux intuitions spontanées de Kit l'enfant de la guerre, à la sensibilité timide de Dawsey, à la gravité rassurante d'Eben, à la douleur émouvante de John Booker qui n'a jamais lu que Sénèque ? Même cette vieille bique d'Adélaïde animée de sentiments "si chrétiens" nous fait rire. Et qui resterait insensible à la courageuse Élisabeth, personnage à part qui ne cesse de planer sur cette histoire, omniprésente quoique absente ?

L'intrigue qui se construit progressivement au fil des échanges épistolaires devient de plus en plus intéressante et prenante. Le roman a une drôle de façon de "gérer les distances", car au fil du temps les proches s'éloignent et deviennent de plus en plus lointains tandis que des lointains se rapprochent. C'est ainsi que Juliet partira s'installer quelque temps à Guernesey afin de rencontrer ses nouveaux amis et partagera avec eux d'autres péripéties très amusantes. Finalement, cette auteure un peu moqueuse et taquine aura largement trouvé l'inspiration pour son nouveau roman, mais elle découvrira bien d'autres choses encore et sa vie sera à jamais changée...

Le succès retentissant et inattendu que connaît ce roman bien ficelé n'est peut-être pas si étonnant car il offre une vision du monde et de la vie totalement différente de notre monde moderne. Le temps y coule d'une manière poétique et les personnages, spontanés et sincères, sont avant tout des êtres de relation qui savent cohabiter pacifiquement. Malgré les difficultés, la vie peut rester belle et légère.
CW

Extraits :
p. 97(Lettre de Adelaïde à Juliet)
Ce soi-disant cercle littéraire est un scandale. Il est des gens cultivés et bien élevés à Guernesey qui se refuseraient à participer à cette mascarade (même si on les y invitait). Je ne connais que deux individus respectables dans ce groupe : Eben Ramsey et Amelia Maugery. Ses autres membres sont un chiffonnier, un aliéniste déchu qui boit trop, un porcher bègue, un valet de pied qui se prend pour un lord, Isola Pribby, une sorcière qui, de son propre aveu, distille et vend des potions de son cru, et deux ou trois énergumènes ramassés en chemin. On devine aisément à quoi ressemblent leurs "soirées littéraires".
Retour vers L'as-tu-lu ?
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr