Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Romans et autres

Joann Sfar Le Petit Prince, Gallimard Coll Fétiche, 2008.


Dans cette bande dessinée fort réussie, Johann Sfar propose une version personnelle du Petit prince, sans pour autant modifier la teneur du célèbre texte de Saint-Exupéry : c'est, selon J. Sfar, le respect de la voix de l'auteur qui importe. Mais cet album n'est pas non plus une copie soumise et flatteuse du roman d'origine car le dessinateur, en accordant une place plus importante à l'aviateur, change de façon intéressante l'angle de vue. Ainsi vous ne verrez pas le Petit Prince mortellement piqué par le serpent, cet "éclair jaune près de sa cheville", mais vous visualiserez la scène comme par ricochet, à travers le visage en larmes de l'aviateur dessiné en gros plan.

Quelques épisodes du roman sont même astucieusement mis en scène par le dessin, et ceci dès la première planche : ainsi le roman de Saint-Exupéry s'ouvrait sur ce fameux souvenir d'enfance où l'auteur aviateur s'échinait à dessiner avec plus ou moins de succès un boa en train d'avaler un éléphant. J. Sfar utilise très adroitement ce souvenir et ce boa en le représentant sous "les traits" d'une volute de fumée de cigarette en forme de boa-qui-parle et avec laquelle l'aviateur, cigarette au bec, discute en pilotant sa machine. Ce travail de mise en scène culmine finement à la planche 3 où on voit le boa s'emparer de la cigarette de l'aviateur, puis s'évaporer en affirmant qu'on ne doit pas fumer dans une BD destinée à la jeunesse.

L'essentiel des dialogues qui se tissent entre le narrateur et le Petit Prince sont fidèlement restitués. Et nous retrouvons tout l'univers de ce petit bonhomme aux cheveux dorés, écharpe autour du cou et yeux bleus immenses qui rappellent d'ailleurs ceux du chat du rabbin ; des yeux qui se font tour à tour interrogateurs ou sérieux, attentifs, étonnés ou malicieusement tendres. Le renard a de très longues oreilles et la rose, des courbures très féminines.

Dans cet album les couleurs ont une grande puissance évocatrice, elles viennent magistralement faire résonner les différentes étapes de l'histoire en donnant à chacune sa tonalité particulière. Ainsi les voyages à travers l'univers et les visites effectuées aux drôles d'habitants des planètes sont représentés dans des scènes très réussies, colorées et singulières : le roi rouge et blanc si pitoyablement autoritaire, le vaniteux enveloppé de beige et de mauve, l'alcoolique dans sa nuit noire, l'affreux businessman aux cinq yeux pour mieux compter, l'allumeur de réverbères, filiforme aux bras immenses, si rigidement fixé à la consigne et dont la planète hésite entre lumière et obscurité. Et puis c'est l'arrivée sur terre, le face à face avec le serpent qui se colore d'un inquiétant bleu granit. Et la lumineuse rencontre avec le renard qui baigne dans un jaune paille, un jaune ensoleillé de campagne un jour d'été (à cause des blés...).

Un très bel album pour qui a aimé le roman, parce qu'il en restitue toute l'émotion et toute la mélancolie.

C.W. Retour vers L'as-tu-lu ?

Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr