Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Romans et autres

Michel Serres   Petite Poucette   Éditions Le Pommier, 2012, 82 p.
Couverture de Petite Poucette

Une nouvelle manière d'exister au monde est née, qui ne ressemble plus du tout à celle de nos ancêtres. Petite Poucette, l'écolière ou l'étudiante d'aujourd'hui ainsi surnommée à cause de sa virtuosité remarquable à diffuser des textos avec ses pouces, Petite Poucette doit s'adapter de manière inventive et à toute allure aux extraordinaires bouleversements du monde. Elle doit réinventer de nouvelles manières de vivre ensemble, d'être, de connaître, d'apprendre, de raisonner, d'enseigner, de faire de la politique...

Petite Poucette sait qu'elle vivra cent ans sans trop souffrir et n'appréhende donc plus l'existence de la même manière. Elle n'a plus le même rapport à la nature depuis le déclin de l'agriculture : En 1900, 70% de la population française travaillait la terre, ils ne sont plus que 1% aujourd'hui. Elle n'a plus la même tête ni le même corps que ses ancêtres et ne parle plus la même langue que ses parents. Ainsi au siècle précédent, la différence entre deux éditions du dictionnaire de la langue française s'établissait à 4 000 ou 5 000 mots, alors que entre la plus récente et la prochaine, la différence sera d'environ 30 000 mots. Petite Poucette n'a plus non plus le même rapport aux autres : elle baigne dans le multiculturel, mais en même temps elle vit à l'ère de l'individu seul au monde car elle se rattache à des appartenances qui ne la construisent pas, ni ne la constituent. Connectée sur la société du spectacle à sens unique, elle adopte de nouveaux modes de comportement et évolue comme un poisson dans l'eau dans un monde du virtuel qui est en pleine mutation. Grâce à la révolution numérique, -3e révolution après celles de l'invention de l'Écriture et de l'imprimerie-, elle est née avec les technologies modernes et ainsi, la planète entière, l'humanité, la culture sont à sa portée. Petite Poucette a accès aux savoirs par elle-même, sans avoir besoin de sortir de chez elle. Les relations entre élèves et professeurs s'en trouvent radicalement transformées, finie l'ère de l'enseignant délivrant son enseignement du haut de sa chaire !

Michel Serres scrute avec attention toutes ces transformations et il montre à quel point la génération des Petites Poucettes et des Petits Poucets vit une rupture historique majeure, une crise à nulle autre pareille. Les difficultés sont d'autant plus importantes que les grandes réformes institutionnelles qui devraient accompagner ces mutations, traînent à se mettre en place, la politique notamment n'apporte plus aucune réponse. L'auteur réclame donc de l'indulgence et même de l'admiration pour cette jeune génération qui vit un véritable tsunami dans tant de domaines.

Michel Serres n'est ni nostalgique à l'égard d'un passé où tout n'allait pas pour le mieux, ni effrayé par cet avenir somme toute assez incertain. Alors que les idéalistes voient un progrès et les râleurs, une catastrophe, lui il voit un monde fou et merveilleux, il voit la réalité et affirme qu'il est temps de faire avec. À ceux qui le trouvent trop optimiste, il rappelle que l'instauration du suffrage universel avait provoqué la protestation de beaucoup parce que la voix d'un grand professeur devenait alors équivalente à celle de son concierge. Ou Leibniz, alors bibliothécaire à Hanovre, s'indigna en voyant arriver des livres car cette horrible masse de livres allait égaliser et risquait de conduire à la barbarie plutôt qu'à la culture. De même, il note qu'on n'a pas arrêté de parler quand l'Écriture a été inventée, et on n'a pas arrêté d'imprimer en inventant l'ordinateur.
CW

Retour vers L'as-tu-lu ?
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr