Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Réflexions théologiques

François Vouga Les stratégies du diable ; Marc, Matthieu et Luc s'expliquent.
Éditions Du Moulin, 2008, 102 p.



François Vouga est professeur de théologie à Bielefeld en Allemagne.


Le diable ? On ne le voit plus et on n'en parle plus guère de nos jours...
Pourtant il existe bel et bien affirme François Vouga qui montre les traces de sa présence, tapie au fond de chacun-e de nous, partout dans ce monde et aussi dans l'Église, au cœur de nos compromissions. Le pouvoir du diable demeure le même, hier et aujourd'hui, et ses stratégies subtiles et sournoises seront dévoilées à la fin des temps.
Le diable crée l'illusion et le doute, il détourne la vérité, nourrit la confusion en emmêlant les choses et fabrique de fausses unités qui ignorent les différences et évitent le conflit. En apparence il propose de bonnes idées (changer les pierres en pain pour que l'humanité n'ait plus faim). Plein de bonnes intentions trompeuses, il se camoufle sous une fausse respectabilité qui prétend faire mieux, ne chercher que le bien et vouloir le bonheur de tous. Et si nous nous demandons par exemple quelle est la part du diable dans nos engagements pieux et dans nos efforts louables ?...

Cette puissance d'aveuglement agit dans l'Église, là (et surtout là) où est la foi, puisqu'il cherche à parasiter la foi. Et les autorités ecclésiastiques y succombent elles aussi lorsqu'elles placent les questions d'organisation et de finances avant l'Évangile, quand elles cherchent à construire des garanties pour l'avenir, prétendant se saisir de la grâce au lieu d'en vivre.

Comme c'est l'Évangile qui nous montre où est Satan et comment il agit, F. Vouga se tourne vers Marc, Matthieu, Luc. Subtilement (et il évite ainsi le piège tendu par Satan, celui de la pensée unique qui rend tout dialogue impossible), l'auteur imagine et rapporte de manière très vivante des conversations concrètes, des échanges épistolaires ou des conférences téléphoniques imaginaires qu'auraient pu mener les trois évangélistes au sujet de Satan. Et le jeu de convergences et de différences qui se fait jour dans le travail rédactionnel des évangélistes coupe court à toute lecture fondamentaliste des Écritures.

Le parcours proposé et fixé selon les récits des évangélistes propose de façon extrêmement perspicace l'arrêt à diverses stations : les tentations de Jésus au désert, la parabole du semeur, la question de la puissance qui agit dans les actes libérateurs de Jésus (Belzébuth ou Esprit saint ?), l'opération de noyautage menée par Satan auprès de Pierre, autant d'épisodes dans lesquels il manigance.
Ainsi sommes-nous incités à réfléchir pour nous-même sur celui qui n'est pas prêt de nous fausser compagnie.
C.W.

Extrait p 97, chapitre "Bilan. Retour de Constantinople" :
Car voici : Mamon, tout surpris de ce succès, a été couronné par le tentateur comme le Seigneur de l'univers mondialisé. Jésus, on s'en souvient, avait refusé ce rôle que Satan lui offrait généreusement, dans le désert. Au nom du dieu des finances et selon les caprices tout aléatoire d'une économie qu'il fait passer pour la vérité, le pouvoir est ainsi donné auu diable d'administrer, quand il en a l'occasion, l'avenir des Églises. Il redéfinit la vocation qui leur est adressée, selon les conseils du marché, il transforme les dons de l'Esprit en "ressources humaines", il opère toute concentration et ferme les lieux de culte inutiles. Ce faisant, il réécrit dans les cœurs à sa façon, la parabole du semeur. Tout compte fait, conseille-t-il aimablement, ne pourrait-on pas augmenter la rentabilité du champ en économisant la semence ? L'usage des chiffres lui permet d'asseoir sa respectabilité.
Retour vers L'as-tu-lu ?
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr