?php include('head1.php'); ?>
Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

La prière de Dieu


Philippe Haddad (Rabbin)


Le fils de l'homme est assis sur un banc. Les enfants chahutent autour de lui, dans l'insouciance d'un présent accroché follement aux cris de leurs jeux candides. Quelques oiseaux frileux sous le soleil de l'hiver, chantent l'éternelle symphonie du soir.
Le fils de l'homme ferme les yeux, pour humer les parfums de l'air froid. Une voix lointaine parvient aux oreilles de son être. Tissée d'un doux silence, elle est mâle comme le timbre d'un père, douce comme le chant d'une mère.

"À Moi la grandeur et la splendeur, à Moi la victoire et la beauté, car le Tout m'appartient. À Moi la royauté et les forces du monde. L'éclair qui illumine le firmament bleuté est Ma flèche. Le tonnerre qui fait trembler les montagnes est Mon cor. Les rivières qui roulent en frappant de leurs mains les terres labourées sont Mes fanfares. Le vent qui gonfle les voiles fragiles des nouveau-nés est Mon souffle de grâce. L'ouragan, Mon glaive de royauté, l'arc en ciel Mon alliance de paix. Tout est à Moi au ciel et sur la terre. Voilà tu connais mon secret.

Et pourtant un lieu m'échappe ô fils de l'homme : ton cœur. Quand tu te fermes à mon appel, quand tu le mures aux détresses de ton frère, quand tu ériges en son sein ta couronne d'orgueil, tu Me rends faible. En tirant le rideau, il fait nuit, même en plein jour. T'imposerai-Je l'amour par la crainte ? T'enverrai-Je au désert du diable ? Qu'aurai-Je donc gagné ? Toute Mes colères révèlent Ma divine fragilité.

O fils de l'homme, comme J'ai besoin de toi autant que tu as besoin de Moi. Ne comprends-tu pas que depuis la nuit des temps nous cheminons ensemble pour le meilleur et si souvent pour le pire ? N'as-tu donc pas compris que tu possédais les deux clés : celle du Paradis et celle de l'Enfer ?
Fils de l'homme, bénis-Moi en souhaitant que Ma miséricorde l'emporte sur Ma rigueur, et aide-Moi à achever l'œuvre des six jours. Construis le septième, afin de pouvoir nous rencontrer, comme un homme parle à son ami, à la lumière du huitième matin. N'oublie pas que Mon horloge bat au rythme de ton temps."

Le vent emporte des miettes de rêve. Une pluie fine taquine l'herbe troublée. Une perle d'eau salée glisse le long de la joue du promeneur assis.
Devant la toile du monde, le fils de l'homme prend son pinceau. Saura-t-il poser l'ultime touche d'amour ?

Épreuves d'espérance, Actes Sud, 200, p.10 Retour vers Paroles croisées
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr